12 février 2020 Léo Jadaud

La montée en puissance du sport urbain

Le sport urbain connait une très belle progression avec l’intégration du top 10 des sports à plus forte croissance. C’est un signe que le sport devient, de plus en plus, un véritable mode de vie. L’émergence de ces pratiques plus informelles et spontanées du sport urbain serait le résultat de quelques facteurs : la montée de l’individualisme, le besoin de flexibilité mais surtout la gratuité.

 

 

Le développement de ces sports urbains, “street sports” chez les anglo-saxons, est révélateur d’une nouvelle logique de consommation des sports et des loisirs. Pour avoir une petite ouverture sur ces pratiques, voici quelques sports qui sont reconnus dans le sport urbain :

– Le running

– Le fitness en plein air

– Le football à 5

– Le basket de rue

– Le parkour

– Le roller

– Le skateboard

– …

 

 

En ville, les espaces publics sont aujourd’hui des lieux de pratiques privilégiés pour les usagers. Les places, les rues, les quais, les squares, les parcs, les esplanades sont particulièrement révélateurs des recompositions de ces pratiques sportives. Ces sports connaissent une augmentation constante du nombre de pratiquants. Situées au croisement des disciplines, des pratiques il y a quelques années considérées comme extrêmes font désormais parties des sports olympiques comme le BMX ou le skateboard.

Le ministère des Sports a indiqué en 2019 que 46 % des pratiques sportives se déroulaient en dehors d’un cadre. Aujourd’hui, près d’un être humain sur deux vit en ville, les usagers n’hésitent donc plus à s’approprier l’espace public pour y exercer des sports initialement pratiqués dans des lieux “officiels”.

À noter que les nouvelles zones d’activité concernent principalement :

– Les espaces publics non aménagés : les espaces initialement non-réservés à la pratique sportive avec une grande utilité du mobilier urbain : bancs, murets, barrières…

– Les espaces naturels de loisirs : très prisés, ce sont majoritairement les espaces verts : bois, parcs, bases de loisirs…

– Les équipements sportifs en accès libre : les équipements de proximité comme les terrains de sport, skate parcs, terrains de pétanque… mais aussi le mobilier que l’on voit de plus en plus comme des agrès de fitness.

Il y a aussi un phénomène de plus en plus présent qui est apparu avec l’ère des smartphones qui influe grandement le développement des sports de rue. En effet, 44 % des jeunes de 16 à 25 ans pratiquent leur activité sportive avec un smartphone. Ils sont surtout attirés par la possibilité de partager leurs performances, de rencontrer d’autres sportifs, d’accéder à des cours en ligne ou de bénéficier de coachs sportifs digitaux.

Les citadins connectés sont de plus en plus enclins à pratiquer un sport urbain. On voit apparaître un certain nombres d’applications de différents concepts chaque année qui favorisent le sport urbain et c’est une bonne chose.

 

Merci et restez connectés ! 🙂

Léo – Jaddlo Sports

Partager l’article sur les réseaux sociaux

Somebody
  • Share:

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TRAVAILLONS ENSEMBLE

Prenons le temps d’échanger sur votre projet sportif et misez sur le digital !

worktogether