9 avril 2020 Léo Jadaud

Des milliards d’euros de pertes estimées pour le sport français

Stacked columns of money coins and laptop computer defocussed in background for finance, economy and budgeting concept

Le monde du sport est à l’arrêt. La crise sanitaire liée à la pandémie a obligé le gouvernement français à prendre des mesures fortes en mettant les compétitions en suspend, en fermant les stades et les salles, en interdisant les regroupements de spectateurs et plus récemment en interdisant la pratique du sport en extérieur dans certaines zones. Ces mesures ont des conséquences majeurs sur le sport professionnel. En effet, les charges continuent d’être honorées (salaires des sportifs…) alors qu’une grosse partie des recettes sont bloquées : sponsoring, billetterie, droit TV…

 

La facture s’annonce monumentale voir presque insurmontable pour au moins six des plus importantes disciplines professionnelles en France. Si il y a l’arrêt définitif des saisons en cours, le manque à gagner pour le sport professionnel est estimé à 1 455 milliards d’euros. Ce sont les ligues de football, de rugby, de handball, de cyclisme, de basket et de volley, regroupés au sein de l’Association nationale des ligues de sport professionnel qui ont estimé et inscrit ce chiffre dans l’annexe du procès-verbal du bureau de la Ligue de football professionnel datant du 3 avril dernier.

 

À savoir que sur toute cette perte, 1,16 milliard d’euros est pour le football professionnel (LFP et clubs de L1 et L2). Selon le rapport du gendarme financier du foot (DNCG), les clubs de L1 et L2 avaient généré 2,8 milliards d’euros de revenus lors de la saison 2018-2019, en droits télé, sponsoring, billetterie et transferts.

 

 

 

Un appel à un soutien de l’État

 

Le montant évoqué de près de 1,5 milliard d’euros est provisoire et valable seulement dans le cas où les compétitions seraient complètement arrêtées. Plusieurs demandes ont été faites par les ligues comme celle de « permettre aux clubs et aux organisateurs de compétitions sportives (et culturels et événementiels potentiellement) de proposer à leurs clients (particuliers et hospitalités) un avoir en lieu et place d’un remboursement des billets ou abonnement pris ».

De lourdes conséquences des fédérations aux associations

 

Une estimation a été faites à 608,3 millions d’euros de manque à gagner pour 70% des fédérations qui ont aussi répondu au ministère des Sports. En effet, elles anticipent une baisse des contrats de sponsoring, une diminution des recettes de billetterie sur des événements annulés, des réductions sur les droits de licences qui remontent des clubs associatifs. Justement, concernant les associations, la situation est la plus difficile à évaluer aujourd’hui. D’après certaines remontées obtenues par le Conseil social du mouvement sportif (Cosmos) les pertes cumulées s’élèveraient à 121 millions d’euros… Mais le comité olympique français répertorie 180 000 associations sportives.

 

D’après une récente étude de la banque BPCE concernant les entreprises, le ministère des Sports estime que la perte pourrait s’élever à 25% sur l’année 2020. Soit 19,4 milliards d’euros par rapport à un chiffre d’affaires évalué à 77,7 milliards d’euros pour les 112 000 entreprises du sport dans le pays.

 


Partager l’article sur les réseaux sociaux

Somebody
  • Share:
sharebloc

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

TRAVAILLONS ENSEMBLE

Prenons le temps d’échanger sur votre projet sportif et misez sur le digital !

worktogether